Index du blog
Encart publicitaire


Recherche personnalisée

a propos de l'auteur

Bienvenue sur mon blog ! Un blog de médecin femme qui s’appelle Pannes-
Sexuelles, ça vous interpelle ? !

abonnement

Votre avis

Pratique

Comment éviter les pannes sexuelles ?

La gymnastique pour une meilleure érection (à suivre)

Catherine Solano le 02/12/2014 à 11:40
La gymnastique pour une meilleure érection (à suivre)   pannes sexuelles

ou améliorer les pannes sexuelles par l'exercice, oui, ça marche...

Les exercices de Kegel ou musculation du périnée consistent à faire travailler des muscles de la région sexuelle de manière régulière pour augmenter leur puissance. Cette pratique est extrêmement bénéfique pour la sexualité féminine, chose connue, mais aussi pour la sexualité masculine.
Une étude montre en effet que ces exercices pratiqués régulièrement augmentent la qualité de l’érection (Dorey G, Speakman MJ, Fenely RC, Swinkels A, Dunn CD, Pelvic floor exercises for erectile dysfunction, BJU International, Septembre 2005, Vol. 96, No 4, 595-597).
En plus de l’érection, ces exercices améliorent aussi les soucis d’éjaculation prématurée et les problèmes à se retenir lorsque l’on a très envie d’uriner.
Pourquoi ces exercices ont-il un impact sur l’érection ?
C’est que lorsque vous musclez une région de votre corps, vous augmentez considérablement la circulation locale artérielle dans cette zone. Et lorsqu’une érection survient, le pénis a plus de sang à sa disposition pour augmenter de volume : ça circule mieux !
L’étude que je viens de citer montre que la musculation pratiquée pendant 3 mois à six mois a permis chez 40 % des participants de retrouver ses capacités érectiles normales, quand 35 % avaient obtenu une amélioration significative. Cette pratique serait donc un complément extrêmement important à l’utilisation de médicaments facilitateurs de l’érection (IPDE5).
Mais, vous demandez-vous, comment pratiquer ces exercices ?
J’en parlerai la prochaine fois… (je sais, je suis vache !)

Ce post a été écrit en réponse à Claude qui m'a laissé un message.




Comment respire le pénis ?

Catherine Solano le 01/02/2014 à 00:00
Comment respire le pénis ?  pannes sexuelles

Le sexe masculin, comme tous les organes du corps, a besoin d’oxygène.

Et ce sont des artères qui le lui apportent. Mais c’est seulement lors de l’érection que ces corps érectiles reçoivent cet oxygène indispensable. Au repos, ils ont tendance à s’asphyxier !
Pour obtenir une oxygénation suffisante, le pénis a besoin de 6 heures d’érection par 24 heures ! Cela vous paraît beaucoup ? C’est pourtant ce qui se passe chez tous les hommes. Car le pénis respire surtout la nuit, la majeure partie des érections durent plusieurs heures et se produisent pendant le sommeil. Ainsi, un homme souffrant de problèmes d’érection dus à une peur de l’échec conserve une excellente oxygénation du pénis la nuit.
Un homme qui fait beaucoup l’amour y ajoute une oxygénation supplémentaire… à condition qu’il n’en profite pas pour fumer.

Il en résulte qu’un homme privé d’érection pendant un moment suite à l’effet secondaire d’un médicament, à une chirurgie de la région sexuelle, à des artères endommagées, ou toute autre raison, voit son pénis manquer d’oxygène. Mal irrigué, il souffre et ses tissus, normalement très élastiques vont avoir tendance à se rétracter, se fibroser. Il deviendra de moins en moins souple, de moins en moins capable d’une érection correcte. C’est pourquoi, depuis quelques années, les chirurgiens urologues proposent à leurs patients opérés de la prostate des séances d’injection de produit dans la verge pour déclencher des érections artificielles qui permettent d’apporter une bouffée d’oxygène à cet organe pour le maintenir en forme jusqu’au moment de reprendre une vie sexuelle.

De même, un homme qui sent la qualité de ses érections devenir problématique ne devrait jamais hésiter à prendre un médicament facilitateur de l’érection (Lévitra, Viagra ou Cialis). En effet, au-delà de l’effet recherché (faire l’amour tout simplement), ils ont aussi comme avantage de permettre aux tissus érectiles de bien s’oxygéner pour rester parfaitement fonctionnels.


La chaleur améliore l’érection.

Catherine Solano le 03/01/2014 à 10:20
La chaleur améliore l’érection.   pannes sexuelles

Est-ce que vous avez remarqué que dans l’eau froide, votre pénis se rétractait ? Les vaisseaux diminuent de diamètre en réaction à la basse température, ce qui fait qu’il devient plus petit.

Bon, quel est l’intérêt de cette remarque d’une banalité affligeante ?
C’est que cela a plusieurs conséquences. En cas de priapisme (érection prolongée et douloureuse qui ne part pas), on peut conseiller de faire travailler les muscles des jambes (s’accroupir pas mal de fois), de prendre une douche froide sur le pénis. Si cela ne suffit pas à perdre l’érection, il faut appeler son médecin en urgence pour qu'il vous fasse une injection "anti-érection". Le plus souvent, le priapisme est dû à l’injection de produits prévus pour déclencher une érection. Quelquefois, ça se révèle trop efficace…

Donc, dans le cas inverse, si vous n’avez pas assez d’érection ?
La chaleur est plutôt intéressante. Où est-ce que je veux en venir ?
C’est que le pénis étant à l’extérieur du corps, il est au frais… comme les testicules qui ont besoin de fraîcheur pour garder les spermatozoïdes bien en forme (dans les 20 ° extérieurs).
Où votre pénis pourrait-il trouver plus de chaleur ? À l’intérieur du vagin, évidemment ! Là, il fait bien chaud (37 ° pour être précis) et humide. Le climat est tropical...
Alors, ce qu’il faut , même si votre érection n’est pas extraordinaire, c’est oser pénétrer dans le vagin. Une fois que vous y êtes, la chaleur va vous aider, la pression de ses parois aussi, et les sensations, émotions que vous éprouvez aussi. Et votre érection va augmenter.
C’est ce qu’avait déjà noté le TAO chinois qui affirmait que tout homme devrait savoir réaliser une pénétration, même avec une très faible érection. Facile à dire ? Moins à faire ? Certes, mais pour y parvenir, il faut s’entraîner, peut-être user de gel, trouver la bonne position… et si personne ne vous dit qu’il faut le faire, vous risquez de passer à côté d’une solution très simple !






Recommencer sa vie sexuelle et retrouver son érection….

Catherine Solano le 04/02/2013 à 10:58
Recommencer sa vie sexuelle et retrouver son érection….  pannes sexuelles

Quand un homme interrompt sa vie sexuelle pour des raisons diverses, célibat, rupture, veuvage, difficultés sexuelles de couple, etc, il est parfois difficile de recommencer, surtout si l’interruption est longue, disons, de plus de 6 mois. Quand c’est possible de reprendre une vie amoureuse, l’érection est souvent de mauvaise qualité ou carrément inexistante, et cela, à n’importe quel âge

J’ai connu un homme de 35 ans qui n’avait pas fait l’amour depuis ses 25 ans, (il m’a dit ne pas avoir rencontré de femme pendant ce temps). Quand il a recommencé, ses érections étaient insuffisantes pour une pénétration et un rapport correct.
Il était très embêté, mais heureusement, « ma copine est très zen m’avait-il expliqué, elle est scandinave et là-bas, les gens sont bien plus à l’aise avec la sexualité. Ne t’en fais pas, ça va revenir… lui disait-elle.»
C’est exactement ce que je lui ai dit. Et c’est ce qui s’est passé. La pratique sexuelle fait revenir l’érection, sauf si l’on a des problèmes de santé qui jouent sur l’érection.

Bon, c’est facile à dire, mais en pratique, que faire ? D’abord, il faut savoir que plus on est jeune et plus ça revient vite. Avec l’âge, c’est un peu plus long, c’est pourquoi on appelait autrefois ce problème « la maladie des veufs ». Quand on perd sa femme, c’est rarement à 25 ans, et il faut du temps pour s’en remettre moralement, généralement plusieurs années. Mais ce n’est pas parce que c’est plus long que ça ne revient pas. Au pire, il faut 6 mois de pratique pour retrouver vraiment de bonnes érections. (à plus de 70 ans…)
Si vous n’êtes pas convaincus, lisez le témoignage de Pierre, en plusieurs parties sur ce blog. Il n’a pas eu de rapports avec son épouse pendant 8 ans, et maintenant, c’est revenu. Il a accepté que je recopie ses mails et que je les commente. (un grand merci à lui, c’est vraiment sympa car je pense que ça peut aider d’autres couples)

Donc que faire, car si vous dîtes à votre partenaire qu’il va falloir attendre 6 mois, c’est un peu raide (heu pardon) ou un peu dur à avaler (bon, c’est pire encore !)
Enfin, il faut qu’elle soit compréhensive !
Que dire ? D’abord expliquer que cela fait longtemps que vous n’avez pas fait l’amour et que ça risque d’être un peu difficile. La plupart des femmes peuvent très bien le comprendre.
Lui demander de l’aide, car les femmes, pour la plupart, adorent jouer à l’infirmière.
Et puis, il ne faut pas vous fixer sur l’érection. Commencer au début par vous dire, tant pis, on ne fait pas l’amour, on se fait des câlins des caresses (y compris sur le sexe, le pénis j’entends pour être précise), et petit à petit, il va faire comme la belle au bois dormant : se réveiller, s’apprivoiser ! Patience et vous êtes récompensé.
Si vous êtes pressé, et je peux vous comprendre, prenez du Levitra, du Viagra ou du Cialis ! Ce sont des médicaments qui servent de starter et qui sont très efficaces dans ce cas. Et comme tous les starters, une fois que le moteur a redémarré, vous pouvez arrêter le starter. Vous fonctionnez alors par vous-même sans avoir besoin d’un coup de pouce… (ou d'un coup de main !)






L'EMDR pour les problèmes d'érection

Catherine Solano le 02/12/2012 à 22:14
L

L'EMDR est une méthode de thérapie pour traiter les conséquences d'un traumatisme. Par exemple, suite à un accident de voiture, 3 ans après, vous avez toujours des angoisses...

EMDR signifie Eye movement desensitization and reprocessing. Soit thérapie de désensibilisation et de retraitement par les mouvements oculaires.
J'utilise cette méthode depuis plusieurs années maintenant avec des résultats que je trouve particulièrement positifs !
Au début, j'avais appris l'EMDR pour traiter les agressions sexuelles (malheureusement fréquentes chez mes patients).
Et puis, je me suis rendu compte que lors des pannes d'érection, on pouvait souvent assimiler la première panne à un traumatisme.
Un traumatisme, c'est un arrêt sur image. Par la suite, dans des circonstances apparentées, on revit à chaque fois la première panne et le même stress. On ne parvient pas à en faire quelque chose qui reste dans le passé.
Un de mes patients m'a dit "cette fois-là, je me suis mis à pleurer tellement c'était horrible... et je ressens un peu la même chose à chaque fois depuis..."
Un autre m'a dit :"elle a réagit en disant : que veux-tu que je fasse avec ça ?" ou encore "pas de bol, je suis tombée sur un impuissant..." Et ils ont peur, à chaque fois, de sa réaction à elle...
Ces hommes me disaient : "je sens l'angoisse qui arrive au moment d'avoir une relation sexuelle..."
Après parfois une seule séance d'EMDR ( ça arrive vraiment !) ou parfois plusieurs (le plus souvent), le problème se résout souvent très bien. Je trouve cela souvent presque magique !
Si vous voulez les coordonnées d'un praticien EMDR, je mets la liste ci-dessous.
En photo : Le Pr Cyril Tarquinio, psychologue et praticien EMDR qui fait de la recherche.




Bougez-vous, vous aurez une meilleure érection !

Dr Catherine Solano le 09/11/2012 à 14:31
Bougez-vous, vous aurez une meilleure érection !  pannes sexuelles

Pratiquer une activité physique diminue le risque de difficultés érectiles. Une étude montre que les hommes sédentaires sont 31,8 % à avoir des problèmes d’impuissance alors que ceux qui ont une activité physique ne sont que 13,9 % dans ce cas (1).

Une autre étude montre que l’exercice physique vigoureux diminue le risque d’érection de 30 % chez les hommes de plus de 50 ans. (2)
Cet effet s’observe aussi à 60 ans, même quand on ne reprend l’exercice physique qu’à cet âge. (3). Quand on compare des hommes qui ont repris une activité physique et ceux qui sont restés sédentaires, le taux le plus bas de dysfonctions érectiles s’observe dans le groupe qui bouge !
Et puis, quand les hommes obèses ayant des difficultés d’érection se mettent à pratiquer un exercice physique et à mincir, ils sont un tiers à retrouver leur érection (1)...
Alors, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas vous acheter (au choix) des chaussures pour aller marcher, courir, un vélo d’extérieur ou d’appartement... ou tout ce qui vous permet de faire un peu de sport.
(1) Nicolosi A, Glasser DB, Kim SC. Sexual behavior and dysfunction and help-seeking patterns in adults aged 40-80 years in the urban population of Asian countries. BJU Int 2005:95:609-14.
(2) Bacon CG, Mittleman MA, Kawachi I. Sexual function in men older than 50 years of age : Results from the Health professionnals folllow-up study. Ann Intern Med 2003:139:161-8.
(3) Rosen RC, Wing R, Schneider S, Gendrano N. Epidemiology of erectile dysfunction : The role of medical comorbidities and lifestyle factors. Urol Clin N Am 2005:32:403-17





Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Le meilleur traitement ? Une femme aimante et généreuse !

Dr Catherine Solano le 15/09/2012 à 23:54
Le meilleur traitement ? Une femme aimante et généreuse !  pannes sexuelles

N. 60 ans, nous donne un beau témoignage je trouve !
Il m'a écrit ce qui suit...

C'est vrai ce que vous dites sur le terme impuissant (1) : ma femme m'a traité d'impuissant pendant longtemps, jusqu'au moment où je le suis devenu vraiment !
Je me suis dit "à quoi bon ?" D'autant plus qu'elle fournissait d'autres exemples d'échecs du même ordre dans ma famille. Ses raisons étaient diverses, bien sur, bonnes ou mauvaises. N'empêche que lorsqu'on est fragilisé (un homme est un animal fragile !), c'est destructeur et cela laisse des séquelles.
Et après 60 ans, on a moins d'énergie pour se reconstruire.
Je dirais que dans mon cas, le meilleur "traitement" a été de rencontrer une femme aimante, généreuse et tolérante.
Bien cordialement.

J'avais écrit ce qui suit dans un post :
(1) Cela me désole que l’on emploie ce vocabulaire d’un autre siècle. Pourquoi ? Parce qu’un homme n’est jamais impuissant. Sinon, cela voudrait dire que ce qui fait le pouvoir d’un homme, c’est son érection. Or, la virilité ne vit pas dans le pénis. À force d’utiliser cet horrible mot « Impuissant », je vois des hommes en consultation qui me disent : « je ne suis plus un homme, puisque je suis impuissant. » ; « Je n’ai plus confiance en moi, puisque je suis impuissant. » ; « Je ne suis plus rien puisque je suis impuissant »… Ma femme ne voudra jamais rester avec moi puisque je suis impuissant". Je n'ose pas m'imposer au travail, puisque je suis impuissant." Or, ce qui fait l’homme, ce n’est certainement pas l’érection.




Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Un truc mécanique contre la panne sexuelle.

Catherine Solano le 18/06/2012 à 17:37
Un truc mécanique contre la panne sexuelle.  pannes sexuelles

Vous avez un problème de baisse d’érection, de diminution de la rigidité pendant ou avant la pénétration ? Il existe un truc tout simple, facile et gratuit. Je vous le livre…

Pourquoi avez-vous une érection ? Simplement parce que le sang arrive par les artères dans le pénis et se retrouve en grande partie piégé. Il n’arrive plus à repartir dans votre corps autant qu’il arrive. Disons que le flux sanguin entrant est supérieur au flux sortant. Donc le sang qui arrive au pénis par les artères va plus vite que le sang qui repart par les veines.
Pourquoi cette différence de débit ? C’est que l’albuginée, épaisse membrane rigide, contient très fermement les corps érectiles. Quand ils gonflent, leur périphérie se trouve écrasée par cette albuginée. Or, sur leur surface, près de la peau, se trouvent des veines. Les veines sont donc écrasées par la pression, alors que les artères, plus profondes ne le sont pas.
Disons que c’est une explication mécanique qui permet de comprendre.
Alors, comment faire pour accentuer ce phénomène et faciliter, augmenter l’érection ?
Il suffit d’utiliser le principe de l’effet garrot et de bloquer encore plus les veines que cela ne se fait naturellement. Pour ce faire, il suffit de former un anneau entre votre pouce et votre index. Cet anneau, vous en entourez la base de votre pénis (près du pubis) et vous le serrez progressivement. Quand vous avez une érection incomplète, il existe un degré de serrage où votre érection augmente. Ce degré correspond à une compression suffisante des veines et une non compression des artères, ainsi qu’une absence de douleur. Si vous serrez trop, ça fait mal et vous perdez votre érection (la douleur est anti-érection). Si vous serrez trop peu, cela ne produit aucun effet.
Vous pouvez vous entraîner le matin lorsque vous avez une érection matinale. Vous verrez tout de suite que ça marche…

Alors, ce truc tout simple est très apprécié. Sauf que certains hommes me disent « Dîtes-donc, c’est drôlement acrobatique ce truc-là. Moi, quand je fais l’amour, je me sers déjà de mes deux mains… » Et là, c’est une autre histoire. Alors, à vous de voir et de tester.





J’ai une panne d’origine psychologique, que faire ?

Catherine Solano le 07/01/2012 à 13:44
J’ai une panne d’origine psychologique, que faire ?  pannes sexuelles

J’ai des pannes d’érections et je sens que tout ça, c’est dans la tête. J’observe de bonnes érections le matin, parfois au début des préliminaires, mais rien à faire, mon érection ne vient pas complètement pour faire l’amour. Je sens très bien que c’est dû au stress et que tout est dans ma tête. Je ne pense pas relever du traitement par médicaments… Alors, que faire ?

La panne, c’est vrai, c’est souvent une panne de commande au niveau du cerveau. Dans ce cas, un homme pense souvent : « pas la peine de prendre un médicament, je ne suis pas malade »… Et il ajoute dans sa tête « et en plus, le pire serait que je finisse avec une accoutumance à un médicament et que je ne puisse plus m’en passer, alors que la seule cause de mes pannes, c’est la peur de ne pas y arriver, l’angoisse de la performance… »
La solution, c’est donc de prendre confiance en soi. Oui, certes, mais comment. Il y a plusieurs solutions.
La psychothérapie avec un travail sur soi.
S’entraîner soi-même à décharger son angoisse, à ne plus en avoir peur. (lui en parler à elle, se dire qu’une panne, ce n’est pas la fin du monde…)
Et la psychothérapie en comprimés. Hé oui, prendre un médicament qui améliore l’érection, c’est souvent tellement magique que ça redonne confiance aussi bien qu’une perfusion de confiance (si ça existait). Regonflé en énergie (et en érection), vous vous sentez vraiment bien. Résultat, lors du rapport sexuel suivant, vous êtes déjà plus confiant, toujours avec médicament. Et puis le troisième encore plus. Et vous diminuez la dose de moitié, ça va toujours. Et puis une fois, vous l’oubliez et ça se passe encore bien. Vous avez repris confiance parce que vous voyez que votre corps fonctionne parfaitement.

Alors, un médecin est devant un dilemme : doit-il encourager son patient à prendre confiance par des moyens psychothérapeutiques ? Ou lui prescrire des médicaments qui vont (dans 70 % des cas) faire le même effet ? À chacun sa réponse. Il me semble que le médecin doit en tout cas expliquer cela à son patient et que c’est à lui de choisir. Certains hommes détestent prendre un médicament (il y a toujours des effets indésirables possibles), et d’autres détestent l’idée d’un travail sur soi. Et en plus, on a aussi le droit de changer d’avis !
Et vous, vous en pensez quoi ?






Comment neutraliser l'auto hypnose négative vis-à-vis de l'érection ?

Dr Catherine Solano le 28/11/2011 à 18:10
Comment neutraliser l

Quand vous êtes en auto hypnose négative, vous vous conditionnez à ne pas avoir de bonnes érections. Que faire pour changer de fonctionnement et retrouver de bonnes érections ?

Il faut bloquer vos pensées négatives pendant les préliminaires, les remplacer par d'autres pensées.
Attention, travaillez dans le même canal.
Je m'explique : si votre auto hypnose négative est faite de paroles comme « je n'y arriverai jamais », alors, transformez ces paroles. Trouvez une nouvelle phrase pour remplacer la phrase négative. Attention, il ne faut pas que ce soit carrément l'inverse comme par exemple « J'y arrive à tous les coups... » Si vous allez trop dans le positif, votre inconscient saura que vous vous mentez à vous-même. Et ce sera inefficace. Il faut que ce soit une phrase positive, mais pas fausse. Par exemple : « Je sais que je peux y arriver, j'ai déjà souvent fait l'amour avec une bonne érection... »
Pendant les préliminaires, lorsque la phrase d'auto hypnose négative survient, dîtes dans votre tête la phrase positive.

Je vous conseille de choisir la phrase positive avant d'être en piste. En effet, à chaud, pas facile de réfléchir. (on le sait, les hommes ne peuvent pas faire 2 choses en même temps ;-)
La phrase que vous choisissez doit vous sembler à la fois positive et réaliste. Vous pourrez en changer plus tard, quand ça ira mieux, pour une phrase plus positive. « La plupart du temps, j'ai une bonne érection... »

Si votre auto hypnose négative est plutôt formée d'image ou de sensations, procédez de la même manière. Trouvez une image ou une sensation positive qui ne soit pas exagérée au risque de paraître mensongère. Vous la ferez volontairement remplacer l'image ou la sensation négative dès qu'elle surviendra.

Et si vous n'y arrivez pas du tout du tout ? Alors, il faut simplement trouver une phrase qui n'a rien à voir, mais qui permettra d'occuper votre canal auditif, une image qui permettra d'occuper votre canal visuel ou une sensation qui occupera votre canal sensoriel.
Vous pouvez par exemple chanter une chanson dans votre tête, vous projeter une image de paysage ou vous concentrer sur le poids de votre corps...

Une fois que vous aurez réussi à bloquer l'auto hypnose négative, vous pourrez progressivement trouver quelque chose d'un peu positif, puis de plus en plus positif... Vous finirez ainsi arriver à l'auto hypnose positive... Ce que font sans en avoir conscience les hommes qui n'ont jamais de problème d'érection !





L’autohypnose négative et la dysfonction érectile.

Dr Catherine Solano le 14/11/2011 à 23:34
L’autohypnose négative et la dysfonction érectile.  pannes sexuelles

L’autohypnose négative est un phénomène qui peut bloquer l’érection. Il a été décrit par Daniel Araoz, un thérapeute Américain très réputé. J’ai eu la chance de le rencontrer et même de profiter d’une séance d’hypnose avec lui !

C’est quoi l’autohypnose négative ? C’est l’ensemble de nos pensées intérieures automatiques. On s’auto convainc que l’érection ne va pas fonctionner.
Cela peut se faire par des images statiques (ex : on voit le visage déçu de la partenaire) ; par des images de film intérieur (ex : on se voit en train de « débander ») ; par des paroles négatives intérieures (ex : je suis nul, je n’y arriverai jamais ), par des sensations corporelles (ex : ça y est, je sens que ça commence à foirer), etc.
Au total, on se conditionne mentalement pour échouer. C’est exactement l’inverse des champions sportifs. Ils s’entraînent à se voir en train de réussir à s’entendre crier victoire, à éprouver les sensations de la réussite...
Alors, que faire si vous réalisez que vous pratiquez l’autohypnose négative ?
Déjà vous en rendre compte. C’est un premier pas. Deuxième pas, analyser ce qui surgit.
Des paroles intérieures ? Des mots qu’elle vous a dits et que vous vous passez en boucle ? Un sentiment négatif, colère, honte, gêne, culpabilité ? Si oui, comment se manifeste-t-il dans votre corps ? Quelles images ?
Une fois que vous avez étudié cela à fond, alors vous pouvez agir en neutralisant cette autohypnose négative...

A suivre...
Comment faire pour neutraliser l'autohypnose négative ?

La photo © nyul - Fotolia.com





Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Avez-vous déjà arrêté un médicament, de peur qu'il ne soit nocif pour votre érection ? Attention danger !

Catherine Solano le 04/11/2011 à 13:06
Avez-vous déjà arrêté un médicament, de peur qu

Avez-vous déjà arrêté un médicament parce qu’il vous semblait entraîner des troubles de l’érection ? C’est cette question qu’a posé un chercheur le Dr Benjamin H Lowentritt, à 959 hommes traités par divers médicaments : antihypertenseurs, médicaments contre le diabète, antidépresseurs ou médicaments anticholestérol.

Les réponses sont édifiantes !
Parmi les hommes prenant de tels traitements :
- 87 % des hommes souffrant d’hypertension ont déjà arrêté leur traitement pour cause de trouble érectile leur semblant lié à leurs médicaments,
- 43 % des hommes diabétiques ont déjà stoppé leur traitement (insuline comprise) par qu’ils pensaient avoir des troubles érectiles dus à ces médicaments,
- 54 % ont déjà arrêté leur traitement anticholestérol,
- 73 % ont déjà arrêté leurs antidépresseurs.

Le Dr Lowentritt a posé une question supplémentaire : quand vous avez arrêté votre traitement, votre érection s’est-elle améliorée ? Certains répondent oui :
- 18 % des hommes sous antihypertenseurs,
- 9 % des diabétiques,
- 11 % des hommes ayant des anomalies du cholestérol,
- 25 % des hommes qui avaient arrêté les antidépresseurs.

Au total, les hommes présentant des troubles de l’érection ont tendance inquiétante à arrêter d’eux-mêmes un traitement important pour leur santé quand ils ont le sentiment que ce traitement entraîne des difficultés érectiles. Il serait pourtant essentiel d’en parler à son médecin auparavant. En effet, il est souvent possible d’adapter un traitement quand il peut réellement être à l’origine de dysfonction érectile, ou bien d’expliquer que la cause des pannes n’est pas le traitement. C’est ce qui ressort des résultats : ceux qui arrêtent leur traitement sont une minorité à constater une amélioration de leur érection.
S’il est important d’en parler à son médecin, c’est qu’un homme peut mettre sa santé en jeu dans l’espoir de retrouver une érection correcte.
Et puis, dans le cas où les pannes sont récurrentes, le médecin peut évidemment prescrire un traitement pour améliorer la situation.

Référence : The effect of erectile dysfunction on patient medication compliance. Benjamin H Lowentritt*, Geoffrey N Sklar, Baltimore, MD, intervention du lundi 5 oct 2005 à l’AUA



Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Une méthode pro-érection : décharger l'angoisse avant.

Catherine Solano le 05/09/2011 à 14:26
Une méthode pro-érection : décharger l

Contre les pannes sexuelles, il existe des méthodes comportementales qui aident à diminuer l'anxiété. Voici comment Gustave a lutté contre sa peur de la dysfonction érectile.

Je reçois en consultation un homme qui a très peur de la panne. Il a été marié longtemps et n’a jamais vraiment eu de problème d'érection pendant toute la durée de ce mariage. Maintenant qu’il est seul et recherche une compagne, il craint la panne. Il ne cherche pourtant pas spécialement une relation stable pour le moment.

Il m’explique. « Avant de connaître ma femme, j’avais tout aussi peur de la panne. Alors, j’avais mis au point une technique efficace, mais basée sur un mensonge. Au moment des préliminaires, je disais à ma nouvelle partenaire : « J’ai mal au ventre et à cause de cette douleur, j’ai de peur de ne pas avoir d’érection. Elle compatissait, et me rassurait en disant que ça n’était pas bien grave. Du coup, cette réaction me détendait, et, même si je n’avais pas d’érection au début, elle finissait par survenir tout naturellement. »
Je demande à cet homme si cette méthode efficace qu’il a expérimenté ne serait pas encore efficace plusieurs années après. Il me répond que maintenant, à 50 ans, il trouve ça ridicule. Surtout qu’il attribuait cette douleur à une hernie qui a depuis été opérée…
Alors, je lui donne une idée : Et si vous expliquiez que, depuis quelques jours, vous prenez un médicament (antihypertenseur) qui peut être bloquant pour l’érection. Cela produirait possiblement le même effet que votre fausse douleur, et ainsi vous ne vous stresseriez pas à l’idée d’une érection défaillante !
Il est très content de cet idée et me dit qu’il va réfléchir.

Ce qui est important, c’est d’accepter ce que l’on est psychologiquement. Si l’on a des angoisses, il faut bien faire avec. Il ne suffit pas de se dire « je ne devrais pas être angoissé, je sais que je fonctionne mécaniquement ». Même si c’est vrai, ça n’est pas forcément utile pour rassurer.
Mettre en avant un problème, une douleur ou un médicament, cela permet de décharger une tension d’angoisse. C’est comme si vous la posiez sur le côté de la route. Vous vous sentez ensuite plus léger, et du coup, votre sexe allégé de ses peurs, fonctionne parfaitement.

L’avantage de cette manière de procéder, c’est que si vous avez une panne, vous êtes compris, et pas ridicule, et que si vous avez une érection, c’est super, vous reprenez confiance.

On peut évidemment ne pas aimer l’idée de mensonge. Pourtant, il ne s’agit nullement d’un mensonge pour tromper quelqu’un, mais d’une sorte d’arrangement psychologique avec soi-même. Je ne prétends pas du tout que ce soit LA solution pour tous les hommes, mais en l’adaptant, elle peut rendre service à certaines personnes !

Mon patient a parlé de médicament antihypertenseur, et en plus, il a pris du Levitra. Et bien, ça a très bien fonctionné. Il a dépassé sa peur, et ses érections sont aujourd’hui correctes, même sans médicament. Et il en garde une boîte sous le coude au cas où… ça le rassure.





Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (1- à suivre)

Dr Catherine Solano le 07/04/2011 à 10:22
Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (1- à suivre)  pannes sexuelles

Les médicaments pour améliorer l’érection, les IPDE5 que l’on prend en comprimés sont efficaces pour 60 à 70 % des hommes souffrant de dysfonction érectile. Et les 30 ou 40 % autres personnes, que leur arrive-t-il ?

La première question à se poser est : le traitement est-il bien pris ?

Si votre médecin vous a prescrit la dose minimale, la plus faible, il se peut qu’elle ne soit pas suffisante pour vous. Dans ce cas, il serait bon de tester une dose un peu plus forte.

Si vous pensez que l’érection doit venir d’elle-même, vous risquez de ne rien voir venir ! En effet, pour que l’érection se fasse, même avec un médicament, une excitation sexuelle est indispensable. Si vous attendez en regardant votre montre, vous ne risquez pas de vous sentir excité. Seule une situation érotique (mentale ou réelle) peut servir de starter pour enclencher une érection, et cela, même avec un médicament.

Si vous attendez un résultat très rapide (surtout si vous utilisez un IPDE5 à action longue durée), vous risquez d’être déçu de ne pas voir arriver d’érection en 15 minutes. En effet, dans ce cas, seul un homme sur 3 obtient une érection en 15 mn.

Si vous l’avez essayé une seule fois, il se peut que l’effet de votre médicament ne soit pas optimal. En effet, il faut 7 prises consécutives pour obtenir l’érection maximale qu’il peut vous offrir. Autant ne pas se décourager à la première prise ! Il est utile d’insiste un peu.

Et si vous n’avez pas du tout envie de faire l’amour, mais que vous le prenez juste pour voir, ça ne risque pas de fonctionner…

Donc pour commencer, devant un échec :
- Demandez-vous s’il existe une dose supérieure.
- Insistez jusqu’à 7 fois (pas comme dans la bible 77 fois 7 fois !)
- Cherchez à vivre une excitation élevée pour augmenter vos chances d’une érection ferme et évidente.
- Informez-vous sur le temps que met votre médicament à agir.

Puis, si ça ne va toujours pas mieux, parlez-en à votre médecin !
(article à suivre...)





Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (3- À suivre)

Catherine Solano le 06/03/2011 à 12:24
Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (3- À suivre)  pannes sexuelles

Insuffisance érectile ? Vous avez essayé un médicament à la bonne dose mais sans succès, jusqu'à 7 fois. Que faire ?

Si malgré un bon usage des médicaments contre les dysfonctions érectiles, votre érection ne s’améliore pas ?
Peut-être avez-vous un problème médical qui empêche l’action des médicaments comme le Levitra, Viagra ou Cialis. Vous êtes peut-être victime d’une baisse du taux de testostérone. On parle parfois d’andropause.
Votre médecin vous fera donc pratiquer un dosage de testostérone (prise de sang). En effet, cette hormone, lorsqu’elle est basse, a une incidence très négative sur l’érection. Elle en ralentit la survenue, la rend de moins bonne qualité, la raréfie. Le manque de testostérone a même tendance, à long terme, à entraîner une atrophie des tissus érectiles
Votre médecin peut ensuite, si votre taux de testostérone est réellement bas d’après le résultat de votre prise de sang, vous prescrire de la testostérone pour supplémenter ce manque. Attention, il ne s’agit nullement d’un dopage comme dans le cas des sportifs, mais d’une supplémentation qui vise à faire remonter votre taux de testostérone à la normale et non à le faire s’élever le plus possible. Votre corps le supportera donc très bien.
Une fois que vous prendrez de la testostérone, vous vous sentirez plus en forme, moins fatigué, votre poids aura tendance à baisser un peu (surtout au niveau du ventre), votre désir sexuel augmentera… et votre érection sera nettement meilleure.
Et même si votre érection est alors encore insuffisante, vous constaterez qu’associer votre traitement par testostérone à des médicaments de l’érection, vous obtiendrez d’excellents résultats. Le traitement qui était auparavant inefficace chez vous (Viagra, Levitra ou Cialis) à cause d’une insuffisance de testostérone devient très efficace.






Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (2- à suivre)

Catherine Solano le 02/11/2010 à 00:00
Médicaments de l’érection ( IPDE5, soit Viagra, Levitra ou Cialis), 60 à 70 % d’efficacité. Super, mais si vous êtes dans les 30 % ou 40 % restant ? (2- à suivre)  pannes sexuelles

Pourquoi prendre 7 fois un médicament de l'érection s'il n'est pas immédiatement efficace ?

J’avais prévu une suite différente au précédant post, mais ça sera pour plus tard. Je me rends compte que je n’ai pas expliqué pourquoi il faut prendre le médicament au moins 7 fois. Ce n’est pas pour une raison ésotérique, parce que le chiffre 7 est le chiffre parfait par exemple ! Pas du tout. C’est qu’on se rend compte, suite à des études, que l’efficacité des médicaments (toujours les IPDE 5 soit le Levitra, le Cialis ou le Viagra), augmentent d’efficacité pendant les 7 premières prises. Donc, même si la première fois, c’est le fiasco, ça vaut la peine d’insister 7 fois.
La raison ? Apparemment, ça serait que les corps caverneux d’un homme qui a des soucis d’érection est moins bien oxygéné. Quand il prend plusieurs fois des médicaments, ça relance cette oxygénation. Car ces médicaments agissent plusieurs heures, relançant une meilleure érection nocturne et matinale. La fonction étant bonne pour l’orgasme, heu pardon, l’organe (ou les deux si vous voulez !), stimuler les érections spontanées améliore aussi les érections au cours des rapports.
Donc, ne vous découragez pas tout de suite. Si vous avez acheté une boîte, utilisez la entièrement, le traitement risquant d’être de plus en plus efficace. Après 8 prises, n’insistez plus, si ça ne marche pas, ça ne fera pas de miracle.
Je vous rapporte ça d'un congrès de sexo.

Un seul petit bémol : ces considérations sont présentées par des laboratoires fabriquant les médicaments. À quel point sont-ils objectifs ? Je ne sais pas. D’un autre côté, ils n’essayent pas non plus de vous faire croire qu’il faut en prendre au moins 6 mois pour rien dans les cas difficiles ! Alors, j’aurais quand même tendance à croire ces études.



Le sport, un préliminaire stimulant ? Ou comment éviter les pannes de désir...

Catherine Solano lu sur la newletter uro-sexologie. le 09/07/2010 à 21:31
Le sport, un préliminaire stimulant ? Ou comment éviter les pannes de désir...  pannes sexuelles

D'après une ancienne chronique de Christophe Brun sur Europe 1..

Attention, ce qui suit est rigolo, mais je ne mettrais pas ma tête à couper que cela est prouvé scientifiquement !

L’activité physique stimule les endorphines, des substances sécrétées par le cerveau qui ont des propriétés anti-douleur. Elle seraient également sources de désir et de plaisir. Le sport stimule le lobe frontal gauche et, par là même, la libido, résumait le journaliste. Les endorphines permettraient également d’atteindre plus facilement l’orgasme.
L’effort sportif constituerait ainsi une excellente entrée en matière… Mais attention cet état « d’euphorie sexuelle » ne durerait qu’une heure environ après l’activité physique et une douche trop froide ou trop chaude après l’effort anéantirait ces effets stimulants.

Tout ça veut dire quoi ? Si votre libido est au point mort, faites du sport, et l'amour ensuite... sans prendre de douche ! On aime ou on n'aime pas... Et mon conseil : pratiquez à deux. Parce que si vous êtes seul à avoir envie, c'est nettement moins intéressant !


Contre une dysfonction érectile, à quelle fréquence peut-on prendre un médicament pour éviter les pannes ?

Catherine Solano le 07/07/2010 à 07:32
Contre une dysfonction érectile, à quelle fréquence peut-on prendre un médicament pour éviter les pannes ?  pannes sexuelles

Un médicament efficace contre les pannes sexuelles, c’est formidable, mais peut-on en prendre tous les jours ?

Les trois médicaments qui traitent les troubles de l’érection, le Viagra, le Levitra et le Cialis, se prennent au « coup par coup », c’est-à-dire à chaque fois qu’un homme souhaite avoir une relation sexuelle avec pénétration. Il a besoin d’une bonne érection et ce traitement contribue à l’obtenir. Ces médicaments mettent environ une vingtaine de minutes pour agir, à condition qu’il existe une stimulation sexuelle.
Mais une fois que le rapport sexuel a été savouré, peut-on en reprendre ? Et si oui, au bout de combien de temps ?
Pour le Levitra et le Viagra, vous pouvez tout simplement en reprendre le lendemain. En effet, à ce moment, 24 heures après la première prise, vous n’avez plus de molécule active en circulation dans le sang et vous pouvez à nouveau, si vous souhaitez une nouvelle relation sexuelle, prendre un comprimé.

En revanche, en ce qui concerne le Cialis, c’est différent. Il est totalement déconseillé de reprendre un comprimé avant 48 heures. En effet, cette molécule met plus de temps à être éliminée par l’organisme. Si un homme reprenait un comprimé 24 heures après la première prise, les quantités s’additionneraient et l’on ne saurait plus quelle dose circule dans son sang. Cela l’exposerait à des effets indésirables qui dépendraient du métabolisme de son organisme. Il faut donc, pour ce médicament, attendre 48 heures avant de renouveler une prise. (Voici les termes officiels : notification pour le médicament : L'utilisation quotidienne prolongée du Cialis est vivement déconseillée, la tolérance à long terme après une administration quotidienne prolongée n'ayant pas été établie.)

Au total, si vous souhaitez prendre un médicament une à deux fois par semaine, vous avez le choix entre les trois. Si en revanche, vous souhaitez en prendre deux jours consécutifs, choisissez le Levitra ou le Viagra.






La gymnastique sexuelle pour une meilleure érection (suite)

Catherine Solano le 05/05/2010 à 08:04
La gymnastique sexuelle pour une meilleure érection (suite)  pannes sexuelles

Comment pratiquer la gym sexuelle pour améliorer une dysfonction érectile, pour éviter les pannes sexuelles ?

La musculation du périnée qui vise à améliorer l'érection peut se pratiquer seul ou accompagné (par un kiné)
1 - Vous pouvez le faire seul :
Commencez par apprendre à faire travailler les bons muscles. Pour cela, deux tests sont à pratiquer :
- Le premier consiste à stopper le jet d’urine en cours de route. Pour le faire, vous devez contracter les muscles que vous aurez à travailler. Attention, il ne faut pas le faire à chaque fois que vous urinez. Il s’agit seulement de vous donner une idée des muscles en jeu.
- Le deuxième test consiste à faire bouger votre pénis quand vous êtes en érection. Pour ce faire, vous êtes obligé de contracter des muscles. C’est de ceux-là dont vous devrez vous occuper.
Une fois que vous savez réaliser ces deux gestes, vous pouvez commencer la musculation.
Contractez ces muscles le plus fort possible en comptant jusqu’à 10. Vous sentez que la contraction augmente progressivement en intensité et quand elle est à son maximum, vous devez tenir au moins 5 secondes. Puis relaxez vos muscles et faites une pause en comptant aussi jusqu’à 10.
Vos muscles abdominaux, fesssiers, et ceux de vos cuisses doivent rester détendus.
Faites des séries de 10 à 15 contractions et recommencez la série plusieurs fois, jusqu’à avoir réalisé au moins 60 contractions au total dans une journée.
Pratiquez tous les jours. Il faut à peu près 3 semaines minimum pour sentir une différence sur l’érection, qui devient plus ferme et plus rapide à survenir. Les résultats peuvent être un peu plus rapide si vous réalisez plus de contractions. (on n’a rien sans mal !)
Un détail intéressant : quand vous faites l’amour, profitez pour pratiquer la caresse intérieure : il s’agit de faire bouger votre pénis dans le vagin, toujours en contractant ces mêmes muscles.
2 – Vous pouvez l’apprendre avec un kiné spécialisé dans la rééducation du périnée.
Les exercices seront les mêmes, mais… on vous demandera d’acheter une sonde qui se met par voie anale pour pouvoir enregistrer vos contractions que vous pourrez observer sur un écran. Et puis, cette sonde permet d’envoyer un petit influx électrique qui déclenche la contraction. Cela sert à apprendre de manière certaine quels sont les bon muscles à faire travailler. C’est parfois important, car certains hommes n’arrivent pas à isoler ces muscles. Ils expliquent : « je contracte tout en même temps, les cuisses, les fesses, les abdos, parfois même les mâchoires ! ». Mais pas de fausse joie : si vous allez chez un kiné, il vous faudra aussi pratiquer chez vous entre deux séances. Finalement, la rééducation avec kiné est une sorte de starter pour partir sur de bonnes bases et bien vous motiver.





Érection : le patch moins dangereux que la cigarette

Catherine Solano le 02/03/2010 à 09:47
Érection : le patch moins dangereux que la cigarette  pannes sexuelles

Quand vous fumez une cigarette, vous vous envoyez directement dans votre sang un flash de nicotine qui provoque, en 7 secondes un spasme réflexe, une vasoconstriction de vos artères.

Elles se resserrent et freinent l’afflux d’oxygène, d’autant plus que la fumée contient du monoxyde de carbone, gaz qui se fixe très fort sur vos globules rouges, barrant ainsi la voie à l’oxygène. Cela se ressent dans tout le corps y compris dans les artères du pénis. Donc, si vous fumez, en 7 secondes, vous freinez une éventuelle érection. Même si elle reste possible, elle est de qualité nettement inférieure à ce qu'elle devrait naturellement être. C’est bien pour cela, que, même sans le savoir, les fumeurs ne prennent jamais une cigarette avant l’amour.
Et le patch à la nicotine ? Son effet est très différent. Dans un patch, vous n’avez pas de monoxyde de carbone, mais seulement de la nicotine, donc pas d’hypoxie. Et puis, cette nicotine n’entre que très lentement dans votre corps, ne provoquant pas de flash brutal. Et comme il n’y a pas de flash, il ne se produit aucun spasme réflexe de vos artères. Donc votre érection ne risque rien.

Alors, pour votre érection, le patch, c’est oui, la cigarette c’est non.

Ajoutons que le même phénomène s’applique aussi aux artères de votre cœur, les artères coronaires. Fumer entraîne un risque minute d’infarctus (spasme des artères coronaires en 7 secondes, qui, si elles sont déjà abîmées par 20 ans de tabagisme le supportent très mal), alors que le patch ne présente pas le même risque.
Mais bon, peut-être que vous aurez plus envie de chouchouter vos artères péniennes (plus fragiles) que vos coronaires ? Si c’est le cas, vous avez tort, vous avez besoin de toutes vos artères pour faire l’amour !



Luttez contre 5 ennemis de l’érection…

Catherine Solano le 20/12/2009 à 17:16
Luttez contre 5 ennemis de l’érection…  pannes sexuelles

Les troubles de l’érection augmentent chez les hommes présentant des facteurs de risque cardiovasculaires. C’est ce que montre une étude publiée en juin 2006 (1).

Chez l’homme, 5 facteurs de risques font le lit des pannes sexuelles :
- Un tour de taille trop élevé au-dessus de 102 cm,
- Une tension artérielle au-dessus de 13/8,5
- Un taux de bon cholestérol trop bas : au-dessous de 1,1mmol/l (39mg/dl)
- Un taux de sucre dans le sang trop élevé (glycémie) au dessus de 6,1mmol/l ou 110mg/dl
- Un taux élevé de triglycérides : au dessus de 1,7mmom/l ou 150 mg/dl.
Si vous présentez trois de ces 5 facteurs de risque, vous souffrez de ce que l’on appelle le syndrome métabolique… et vous risquez de rencontrer des pannes sexuelles.
Une étude vient en effet d’enquêter sur les relations entre le syndrome métabolique et les troubles de l’érection chez 268 hommes.
Tous ces hommes devaient remplir un questionnaire validé pour quantifier l’érection : le IIEF. (International Index for Erectile Function). Voici le résultat :
- 33 % des hommes interrogés présentaient un syndrome métabolique (au moins 3 des 5 facteurs de risques décrits ci-dessus)
- 74 % des hommes présentant un syndrome métabolique présentaient une dysfonction érectile (selon le IIEF) contre 50 % chez les hommes sans syndrome métabolique.
De plus, cette étude a constaté que les risques de troubles de l’érection augmentaient avec le nombre de facteurs de risques métaboliques. Autrement dit, plus votre ventre est gros, votre tension élevée, votre bon cholestérol bas, plus vos taux de triglycérides ou de sucre sont élevé, plus vous risquez de rencontrer des pannes. Alors, autant prévenir les pannes, car en plus vous prévenez aussi les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux. En résumé : sport et régime pour tous ceux qui ont envie d’une vie sexuelle épanouie pour longtemps !

(1) : Tevfik Demir md, Dokuz Eylul University, Division of Endrocrinology and Metabolism, 35340 Inciralti, Izmir, Turkey. Prevalence of erectile dysfunction in patients with metabolic syndrome, 08-06-2006. International Journal of Urology 2006 : 13 (4) 385-8





Pour une meilleure érection, une meilleure hygiène vie...

Catherine Solano le 02/08/2009 à 18:28
Pour une meilleure érection, une meilleure hygiène vie...  pannes sexuelles

Le congrès de l'American association of Urology (AUA) parle de l'érection... Les médicaments ne font pas tout.

Gerald B. Brock, urologue (London, Canada) a fait la synthèse des travaux publiés dans ce domaine. Ils mettent en évidence une amélioration nette et significative des dysfonctions érectiles chez les hommes qui sont pris en charge du point de vue de la diététique, de l'activité physique et des habitudes de vie.

Comme quoi, le fait de bien traiter ses artères n'est pas seulement bon pour le coeur (moins d'infarctus), pour les artères du cerveau (moins d'accidents vasculaires), mais aussi pour les artères du pénis. Mangez bien, faites du sport, votre pénis vous dira merci !



L'anneau pénien vraiment pas cher !

Dr Catherine Solano le 03/04/2009 à 22:24
L

Vous connaissez l'anneau pénien, ustensile très simple améliorant nettement l'érection... Et bien certains ont des idées pour s'en procurer.

Un anneau acheté auprès d'un grand laboratoire, (Owen Mumford, Osbone), un anneau de sex shop, mais aussi des moyens du bord :
- Un joint torique.
- Un élastique de bureau et

- Un chouchou pour les cheveux. Vous savez, ce qui sert à faire une queue de cheval aux petites filles ! C'est un de mes sympathiques patients qui a eu cette idée, et ça fonctionne très bien pour pas cher du tout. A vous de tenter si ça vous dit. Et surtout racontez moi votre expérience... Cela pourra aider d'autres personnes.

Note : sur l'image choisie il y a 2 chouchous, pas un seul !




Contre la panne, réclamez des caresses sur les mamelons (2)...

Catherine Solano le 21/02/2009 à 08:37
Contre la panne, réclamez des caresses sur les mamelons (2)...  pannes sexuelles

La stimulation des mamelons facilite, augmente l’érection masculine. Oui, mais comment s’y prendre pour que cela soit efficace ? Il existe un modèle très simple à suivre.

Ce modèle, c’est celui de l’enfant qui tète sa mère. La succion d’un enfant provoque une décharge d’ocytocine, hormone qui entraîne la contraction des petites glandes des seins et leur permet d’éjecter le lait. Or l’ocytocine est aussi l’hormone de l’orgasme (masculin et féminin). C’est la raison pour laquelle certaines femmes peuvent éprouver des orgasmes en allaitant. Mais attention, lors de l’allaitement, la plupart des femmes ne ressentent absolument aucune excitation sexuelle émotionnelle, même si leur utérus se contracte lors de la tétée comme au moment de l’orgasme. Elles ne sont tout simplement pas dans l’émotion mental qui correspond à une sensation sexuelle.
En dehors de l’allaitement, dans un contexte sexuel de couple, il est probable que la stimulation la plus à même de faire monter l’excitation et ses signes physiques, en particulier l’érection, est celle de la succion du mamelon. Mais comment tète un enfant nouveau-né ? Pas du tout comme on l’imagine souvent. Il suce extrêmement fort, il prend dans sa bouche le mamelon et l’aréole toute entière en l’aspirant avec force. Il ne s’agit pas d’un geste très léger à type de titillement du bout du mamelon…
Ce mouvement est donc probablement le plus apte à faire monter l’excitation physique, donc l’érection. Une fois cela expliqué, cela ne signifie pas que cette caresse soit la seule agréable ou même efficace. Chaque personne a une réceptivité particulière et peut développer une sensibilité personnelle à une certaine forme de stimulation des mamelons, douce ou même très légère, appuyée ou à type de mordillement, etc. Il n’y a pas de loi en la matière, seulement des pistes à explorer pour mieux se donner un plaisir mutuel.



Contre la panne sexuelle, réclamez des caresses sur les mamelons (1)...

Catherine Solano le 20/02/2009 à 10:04
Contre la panne sexuelle, réclamez des caresses sur les mamelons (1)...  pannes sexuelles

La caresse sur les "seins masculins" est une pratique très efficace pour provoquer une érection.

C’est ce qui a été étudié par Masters et Johnson, célèbres sexologues américains dans un livre, « Les perspectives sexuelles », qui explore des pratiques sexuelles très intéressantes, celles des homosexuels hommes ou femmes comparées à celles des hétérosexuels. Ainsi, les homosexuels masculins se caressent très souvent les mamelons. Cette caresse provoque toujours, systématiquement, dans 100 % des cas... une érection.
(Note : La phrase originale de Masters et Johonson est un peu obscure : Les homosexuels hommes ont très fréquemment recours à la stimulation des mamelons comme premier contact anatomique. Lorsqu’elle n’existe pas auparavant, la congestion pénienne survient immanquablement au cours de la stimulation des mamelons.)
Donc, ce qui se passe, c’est que les couples hétérosexuels pratiquent relativement peu la caresse des mamelons. Les femmes ne pensent pas à stimuler les mamelons de leur partenaire et les hommes ne pensent pas ou n’osent pas le demander… surtout que certains ont l’impression que ça ferait un peu efféminé de vouloir se faire « tripoter » les seins !
Résultat : seuls 3 à 4 % des hommes hétérosexuels voient leurs mamelons stimulés par leur partenaire, pour trois quarts des homosexuels.
On pourra me dire que c’est la preuve que c’est une pratique homosexuelle ! En fait, je n’en crois pas un mot : c’est plutôt qu’un homme comprend mieux un homme qu’une femme !

Donc messieurs si vous voulez avoir de meilleures érections, demandez des caresses sur les mamelons. Et mesdames, si vous voulez que votre partenaire ait une meilleure érection, agissez en conséquence !





La piqûre contre une dysérection (injection intracaverneuse IIC), où se pratique-t-elle exactement ?

Catherine Solano le 01/02/2009 à 09:12
La piqûre contre une dysérection (injection intracaverneuse IIC), où se pratique-t-elle exactement ?  pannes sexuelles

Quand les médicaments en comprimés ne parviennent pas à restaurer une érection satisfaisante, une autre solution, l'injection intracaverneuse est possible...

Il s'agit d'une piqûre à réaliser soi-même. Mais où exactement ?
Cette injection se pratique dans un des corps caverneux, sur le dessus du pénis et sur le côté (cf illustration), de manière à éviter de léser une artère. Il suffit de faire une injection d'un seul côté, car il existe une circulation croisée des deux côtés. Le produit injecté à droite ou à gauche va diffuser de l'autre côté. Ouf, une piqûre, ce n'est pas rigolo, mais deux, ça le serait encore moins !
La plupart des hommes injectent le produit dans la salle de bain, car ce n'est pas facile de le faire avec du public, alors que seul, on y arrive. Nombreux sont les hommes qui n'en parlent même pas à leur partenaire, qui le font dans leur coin et qui vont la rejoindre après, qu'elle soit ou non au courant...
Je reparlerai de cette méthode pour expliquer pas mal d'autres choses...




Panne sexuelle, la méthode Américaine...

Catherine Solano le 22/11/2008 à 13:47
Panne sexuelle, la méthode Américaine...  pannes sexuelles

Comment faisions-nous avant l’apparition des médicaments pour traiter une dysfonction érectile ?
Masters et Johnson, deux sexologues mondialement connus avaient proposé une solution toujours valable aujourd’hui.

L’idée ou le principe est que si vous avez une panne, c’est que vous souffrez d’angoisse anticipant l’échec. Et plus vous vous angoissez, moins l’érection survient. Et moins vous avez d’érection, plus vous êtes angoissé. C’est le cercle vicieux.
Comment sortir de ce cercle infernal ?
La réponse apportée est simplissime : ne vous mettez plus en situation d’échec. Si vous n’êtes plus confronté à l’obligation de pénétrer votre partenaire, vous n’aurez plus d’angoisses.

Ainsi, Masters et Johnson demandaient à leurs patients de ne plus procéder à des pénétrations.
Ils préconisaient des massages de couple, afin de garder un contact intime, amoureux, mais sans enjeux, donc sans angoisse.
Les caresses sexuelles étaient même interdites, car si vous êtes vraiment hyper stressé par l’idée d’avoir ou non une érection (Avoir ou ne pas avoir une érection, telle est la question…) même les caresses vont vous angoisser. Donc il s’agit de massages non sexuels.
Souvent, quand le massage se fait du sens de la femme vers l’homme qui se laisse faire, celui-ci a une érection (mais pas forcément, on a aussi le droit d’être détendu et seulement détendu). On ne doit alors surtout pas en profiter physiquement, même si l’homme peut l’apprécier psychologiquement en se disant « ouf , mon sexe fonctionne »…
Progressivement, au fil des séances de massages, les caresses plus proches du sexe sont autorisées. Cela peut même aller jusqu’à des caresses qui peuvent apporter un orgasme.
Et la pénétration est toujours interdite.
Cela permet à un homme de reprendre confiance à son érection, de l’apprécier sans angoisse sous-jacente en attendant le moment où « il doit être prêt ».
Généralement, les patients disaient « Docteur, on est désolés, finalement, on l’a fait sans votre autorisation. » Et c’est très bien ainsi ! Le médecin est content, puisque c’est le but, que ça fonctionne tout seul quand on en a envie.
Précisons encore que Masters et Johnson sélectionnaient les couples : leur thérapie s’appliquant seulement aux couples dont la relation était excellente, qui étaient tous deux motivés et pour qui il n’existait pas de raisons physiques à la dysfonction érectile…





l'anneau pénien, une solution mécanique pour les troubles de l'érection...

Catherine Solano le 13/10/2008 à 15:39
l

À côté des médicaments très connus et très utiles contre les dysérections, il existe pas mal d'autres solutions qui gagneraient parfois à être mieux étudiées. L'une d'entre elle est l'anneau...

Le principe de l'anneau pénien, c'est celui du garrot. Il serre la base du pénis, et va donc écraser les veines de surface qui ramènent le sang du pénis vers le corps. Cet effet n'existe pas sur les artères qui elles sont plus centrales et continuent à laisser le sang affluer. Total, autant de sang qui arrive et moins de sang qui repart, cela entraîne un piégeage du sang qui fait gonfler le pénis. C'est simple et efficace.

Les avantages sont évidents : pas de produit chimique dans votre organisme et c'est un aspect qui intéresse pas mal d'hommes.
Et puis, cela ne revient pas cher. Une fois que vous possédez un anneau de la bonne taille, vous pouvez le laver et l'utiliser très longtemps. (c'est d'ailleurs pour ça que ce n'est pas plus connu et répandu, c'est que ce n'est pas une rente que de vendre cette sorte d'ustensiles comme ça l'est pour les médicaments !)
Un autre avantage, c'est qu'il n'y a pas besoin de médecin.


Les inconvénients existent aussi ! Cela se voit, et il est difficile de le cacher à votre partenaire. Cela impose une mise en place quand un début d'érection survient ou en tout cas en tout début de rapport sexuel. Habituellement cela fonctionne si vous avez quand même un peu d'érection. Mais je connais un homme qui l'utilise et il me dit que ça fonctionne très bien y compris à partir d'une érection = zéro !
Le pénis peut se refroidir un peu si l'acte dure. Et il ne faut pas le garder plus de 30 mn en place pour laisser la circulation se faire. Et ne jamais s'endormir avec !

Un détail essentiel : il faut trouver la bonne taille. Si vous avez un anneau trop petit, ça fait mal et ça bloque l'érection. Si l'anneau est trop est trop grand, ça ne fonctionne pas.

Où trouver ces anneaux miracle ?
Ils sont fabriqués par des laboratoires, on en trouve aussi dans les sex shops.

Un laboratoire sérieux qui vend des anneaux :
Owen Mumford France : 02 32 21 68 14
BP 444 - 27 204 Vernon Cedex
Leur tél : 02 32 21 68 14
Leur fax : 02 32 21 96 95
contact@owenmumford-fr.com
Le prix d'un assortiment en kit de 6 anneaux de taille + 1 tube de gel +1 cône de transfers différente c'est 75 euros à commander directement.
Si le labo propose plusieurs tailles, c'est pour vous permettre de trouver la bonne. Un seul vous servira par la suite !
Les deux petites oreilles servent à enlever facilement cet anneau.






Vacuum ou "pompe à érection" en cas de troubles de l'érection (dysfonction érectile)

Catherine Solano le 13/12/2007 à 21:15
Vacuum ou "pompe à érection" en cas de troubles de l

Le vacuum est une méthode simple et économique de provoquer une érection de manière mécanique.

En cas de difficultés d'érection, il est possible d'utiliser ce dispositif.
Même sans désir, même avec des artères en mauvais état, cela fonctionne.
Le principe est celui de la ventouse. Un tube posé autours du pénis fait office de ventouse car on utilise une pompe (manuelle ou électrique) pour provoquer un vide partiel. Ce faisant, le sang est attiré dans le pénis et cela provoque une érection. Sur le dessin ci-joint, la pompe est manuelle.
Une fois l'érection obtenue, si vous ôtez le cylindre, vous risquez de perdre votre érection. Pour l'éviter, on utilise un anneau pénien que l'on a auparavant positionné à la base du cylindre et que l'on fait coulisser à la base du pénis. Il fait office de garrot et permet au sang de rester et de maintenir l'érection.
Je ne sais pas si ça paraît simple, mais une fois qu'on a compris le principe et qu'on s'y est un peu entraîné, c'est très simple.
Je parlerai une autre fois des avantages et inconvénients de la méthode...

Si jamais vous avez utilisé ce genre de dispositif et que vous en êtes content, vous pouvez me signaler la marque de celui que vous avez utilisé. Je peux faire passer l'info, et cela servira aussi à d'autres personnes.
Pour me contacter, sur la gauche de cet écran, vous avez un "contact" sur lequel cliquer.





Les implants péniens contre les difficultés d'érection.

Catherine Solano le 18/11/2007 à 10:20
Les implants péniens contre les difficultés d

Vous avez des pannes. Les médicaments en comprimés ne sont pas efficaces. Vous continuez à souffrir de dysfonction érectile. Vous tentez les injections intracaverneuses. Cela n'est pas efficace, votre dysérection persiste. Vous utilisez un vaccum, et votre érection est toujours impossible. C'est le moment de penser à l'implant...

Oulalalala ! Ce dessin, c'est un dispositif d'implant pénien. Je vous explique le principe. En bleu, et en haut à gauche, vous voyez le réservoir . Il est rempli d'un liquide qui va servir à provoquer l'érection. Dans les bourses (en rouge), se trouve un dispositif que l'on presse pour faire refluer ce liquide dans les implants proprement dit : les deux cylindres rouges situés dans le pénis.
Donc quand vous voulez une érection, vous pressez la pompe et quand vous voulez arrêter un geste sur la pompe suffit aussi !
C'est magique. Quelqu'un m'a même lancé un regard qui voulait dire "si je comprends bien, ça fonctionne à tous les coups, donc mieux que l'érection naturelle... On peut voir ça comme ça !" Mais bon, une opération pour insérer un corps étranger, on ne le fait que si l'on n'a pas d'autre solution non ?
La réalité, c'est que c'est un traitement efficace dont les hommes sont généralement très contents. MAIS, il faut le réserver à ceux qui ont vraiment tout essayé autrement. Pourquoi ? Parce qu'on ne peut revenir en arrière. L'insertion des implants abîme les corps caverneux et si l'on peut vous ôter les implants, vos corps caverneux ne retrouveront pas leur anatomie, ni leur fonctionnement antérieur...




L’acupuncture est-elle efficace contre la panne sexuelle ? (Dysfonction érectile ou DE)

Catherine Solano le 29/09/2007 à 16:01
L’acupuncture est-elle efficace contre la panne sexuelle ? (Dysfonction érectile ou DE)  pannes sexuelles

La réponse est peut-être que oui…
Plusieurs études ont planché sur l’effet de l’acupuncture chez des hommes souffrant de dysfonctions érectiles d’origine psychologique.

L’une de ces études (1) a comparé chez 22 hommes (souffrant de pannes sexuelles d’origine psychologique) l’effet d’un traitement par acupuncture pour dysfonction érectile à l’effet d’un traitement par acupuncture sur le mal de tête. Comme ça, les hommes ne savaient pas lequel des deux traitements leur était appliqué. Résultat : 68 % des hommes traités pour trouble de l’érection étaient satisfaits du résultat et seulement 9% de ceux qui avaient en réalité été traités pour le mal de tête.
L’acupuncture semble bien ici avoir un effet sur l’érection, et il ne s’agit pas de planter les aiguilles n’importe ou !
Une autre étude (2) a été réalisée chez 16 hommes souffrant là aussi de dysfonction érectile d’origine psychologique. L’acupuncture était pratiquée pendant 4 semaines à raison de deux fois par semaine (soit 8 séances). L’évolution a été évaluée sur 12 semaines, soit 4 semaines avant traitement, 4 semaines pendant le traitement et 4 semaines après le traitement. 15 % des hommes ont rapporté une amélioration des érections, et 31 % une augmentation de leur activité sexuelle. Aucun changement hormonal n’était observé, ni sur le plan des hormones sexuelles, ni sur le plan des hormones du stress.

Puis, 15 de ces hommes ont été revus plusieurs années après, et là, aucune amélioration de plus sur le plan de l’érection n’était observée. Cependant, 67 % des hommes signalaient une amélioration de leur qualité de vie et 53 % affirmaient qu’ils auraient recommencé le traitement par acupuncture.

Que peut-on en déduire ? Ces études ayant été réalisées sur une population extrêmement restreinte, il est difficile de se prononcer. En effet, si une étude semble donner une impression très positive, l’autre est nettement moins emballante. Cependant, l’acupuncture est peut-être intéressante pour les troubles de l’érection… C’est ce que concluent les auteurs, et pas seulement moi. N’y voyez pas du tout une méfiance contre l’acupuncture, mais simplement un certain réalisme. En tout cas si vous avez tenté ce type de traitement, je serais très intéressée par votre témoignage, et même à la publier sur mon blog. (anonymat garanti évidemment !)

(1): 28. Kho HG, Sweep CG, et al. The use of acupuncture in the treatment of erectile dysfunction.Int J Impot Res. 1999 Feb;11(1):41-6.

(2) : Engelhardt PF, Daha LK, Zils T, Simak R, König K, Pflüger H.
Department of Urology and Ludwig-Boltzmann-Institute of Andrology and Urology, Lainz Hospital, Vienna, Austria. Acupuncture in the treatment of psychogenic erectile dysfunction: first results of a prospective randomized placebo-controlled study in Int J Impot Res. 2003 Oct;15(5):343-6

(3) : Acupuncture Treatment of Psychogenic Erectile Dysfunction: A Four-Year Follow-Up Study
Daha, L.K. ; Lazar, D. ; Engelhardt, P.F. ; Simak, R. ; Pflüger, H.
Curr Urol 2007;1:39-41 (DOI:10.1159/000106527)

Note : l'image ne vous donnera aucune indication sur les points d'acupuncture intéressants pour les problèmes d'érection. C'est juste pour illustrer ce propos.




Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Traitement des dysfonctions érectiles : la psychothérapie démontre son efficacité.

Catherine Solano le 13/09/2007 à 12:23
Traitement des dysfonctions érectiles : la psychothérapie démontre son efficacité.  pannes sexuelles

Une équipe de chercheurs a voulu comparer l’efficacité d’un médicament (le Sildenafil) et de la psychothérapie comme traitement de la dysfonction érectile.

Trois groupes d’hommes souffrant de pannes sexuelles ont été comparés. Certains recevaient le médicament (Sildenafil) à prendre à la demande en cas de rapport sexuel. Un autre groupe participait toutes les semaines à un groupe de psychothérapie et un troisième groupe bénéficiait des deux traitements simultanément, psychothérapie de groupe hebdomadaire + Sildenafil. Cette étude a duré 6 mois.
Les résultats montrent sans surprise que le traitement le plus efficace est celui où sont associés la psychothérapie et le traitement médicamenteux. Mais la psychothérapie seule fait mieux que le traitement par médicament. Notons tout de même que les hommes participant à l’étude étaient sélectionnés pour souffrir de dysfonction érectile d’origine psychologique et non d’une dysérection due à une maladie ou à un trouble physique.
Au total, même avec l’arrivée de traitements médicamenteux pour les troubles de l’érection, la psychothérapie garde une place de choix. On vous disait bien que (presque) tout était dans la tête !
Et au fait, cela m’intéresserait de savoir en quoi consistait exactement cette psychothérapie de groupe…
Sources : Tamara Melnik, Carmita H. N. Abdo ; Journal of Sex & Marital Therapy, Volume 31, Issue 3 May 2005 , pages 243 – 255 Psychogenic Erectile Dysfunction: Comparative Study of Three Therapeutic Approaches




Les médicaments de l’érection, c’est aussi pour les jeunes…

Catherine Solano le 19/04/2007 à 22:26
Les médicaments de l’érection, c’est aussi pour les jeunes…  pannes sexuelles

Levitra, Cialis ou Viagra, ces trois médicaments sont des facilitateurs de l’érection. Ils ne sont pas réservés aux personnes âgées et malades comme certains le pensent.

Les troubles de l’érection peuvent survenir quand on est jeune et en bonne santé. Surtout quand on est un homme sensible (si si, ça existe !). Donc, dans ce cas, le médicament ne traite pas une maladie, mais il compense une angoisse. Vous me direz, le traitement de l’angoisse, ça n’est pas la chimie. Certes, mais un médicament qui vous redonne confiance, qui est efficace et qui ne provoque pas d’accoutumance, ce n’est pas si mal. Quand vous avez repris confiance, vous vous en passez très facilement.

Un journaliste que je connais un peu souhaiterait contacter un homme qui aurait a un de ces médicaments en « starter », pour contrer sa peur de la panne, et reprendre confiance.. Cela existe quand on est très jeune, mais aussi quand on commence une nouvelle relation…
Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez me contacter par mail à c.solano@pannes-sexuelles.com
Je précise que c’est pour un reportage télévisé, mais il est OK pour filmer de manière anonyme (flouté par exemple). Si vous avez envie de partager cette expérience qui peut aider d’autres hommes… Et si vous ne voulez pas, sachez qu’on vous comprend aussi !
Profitez pour regarder le podcast qui suit, qui lui parle des difficultés fréquentes à recommencer une vie sexuelle.



Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Quel médicament provoque l'érection la plus rapide ? A vos marques prêts ? Partez !

Catherine Solano le 18/09/2006 à 01:14
Quel médicament provoque l

Les trois médicaments qui traitent les dysfonctions érectiles, Viagra, Levitra et Cialis ont des points communs, puisqu’ils sont de la même famille chimique. Il ne s’agit cependant pas de la même molécule, alors, ils présentent aussi des différences, en particulier sur le temps nécessaire pour agir.

Pour bien comprendre, la concentration maximale d’un médicament est la quantité maximale qu’on observe dans le sang après qu’une personne l’ai pris. C’est à cette concentration maximale que le médicament est le plus efficace. Il peut cependant agir un peu avant, puisqu’avant d’arriver à cette concentration élevée, le médicament est déjà dans le sang à une dose un peu moindre.

Numéro 1 en rapidité : Levitra : Sa concentration maximale est atteinte en 30 minutes. Il débute généralement son action dès 10 à 15 minutes.

Numéro 2 en rapidité : Viagra : sa concentration maximale est atteinte en 60 minutes. Il peut commencer à agir en 25 à 30 minutes.

Numéro 3 en rapidité : Cialis, sa concentration maximale est atteinte en 2 heures après la prise. Il peut cependant commencer à agir en environ 50 mn à 1 heure.



Insuffisance érectile et traitement naturel après chirurgie de l''aorte

Catherine Solano le 04/09/2006 à 18:04
Insuffisance érectile et traitement naturel après chirurgie de l

bonjour
le 04-09-2006 à 16:21 par tomet tomet@skynet.be

J'ai une deficiance sexuelle de l'érection. J'ai 63 ans et j'ai subi à 58 ans une cure de l' aorte abdominale. Maintenant je suis moins sensible et j'ai moins d'érection. Avec le Cialis, cela marche très bien... Les moyens naturels ne pourraient-ils pas y remédier ?

Réponse de Catherine Solano
Contre les dysfonctions érectiles, ou pour les déficiences de l’érection, trois médicaments sont actuellement très efficaces : le Levitra, le Viagra, et, comme vous le signalez, le Cialis. Ils ne provoquent pas à proprement parler une érection, ils la facilitent, et en cela, ils ont un effet plutôt naturel qu’artificiel. L’érection observée est une érection tout à fait naturelle.
Cela dit, il s’agit bien sûr de molécules fabriquées en usines et non de produits naturels.
Dans votre c as, il semble que l’intervention chirurgicale que vous avez subie ait pu jouer sur votre érection. En effet, une intervention, quand elle touche à l’abdomen ou au petit bassin, peut étirer des nerfs utiles à la réaction érectile, et provoquer une dysfonction sexuelle. L’érection peut s’améliorer jusqu’à environ 2 ans après l’intervention si les nerfs ont été étirés. Mais ces nerfs peuvent aussi avoir été sectionnés, ce qui est moins facile à récupérer. D’autre part, quand une très grosse artère comme l’aorte est abîmée, les artères plus petites qui apportent le sang au pénis peuvent elles aussi être moins fonctionnelles. D’où une érection moins bonne qu’auparavant.
Tout ça pour vous dire que ce que vous qualifiez de médicaments naturels sont en général des excitants à effet général, des stimulants qui ne sont pas spécifiquement sexuels, un peu comme le café ou le gingembre. Si vous avez des nerfs ou des artères qui fonctionnent moins bien, ces substances ne suffiront pas à vous permettre de retrouver une bonne érection.
D’autre part, il est possible que vous preniez des médicaments néfastes à l’érection (ils sont nombreux), et que cela soit à l’origine de vos troubles. Je vais traiter cette question bientôt : quels sont les médicaments néfastes pour l’érection ?



Ajouter un commentaire
Commentaires (0)

Tous les traitements de la dysfonction érectile, ou toute une panoplie contre les pannes sexuelles… (2 la suite)

Catherine Solano le 01/09/2006 à 11:57
Tous les traitements de la dysfonction érectile, ou toute une panoplie contre les pannes sexuelles… (2 la suite)  pannes sexuelles

Il existe actuellement de nombreuses possibilités de traitement pour un homme qui souffre de troubles de l’érection. Quels sont-ils ?

- Muse : il s’agit d’un dispositif qui s’introduit directement dans l’urètre, une sorte de mini-suppositoire à insérer dans l’orifice au bout du gland. C’est une manière de prendre un médicament assez particulière, ce qui explique peut-être qu’il ne soit pas énormément utilisé. Il est moins efficace que les médicaments en injection, mais le procédé est nettement moins agressif qu'une piqûre.
- Le traitement qui vient ensuite est celui des injections intracaverneuses, où la substance qui déclenche l’érection est prise sous forme d’une piqûre dans le pénis au niveau d’un corps caverneux. Ces injections sont très efficaces, même sans désir ressenti.
- Il existe aussi un traitement mécanique avec deux possibilités:
Le vacuum, pompe à vide, qui enclenche mécaniquement une érection, associé à un anneau pénien constricteur qui maintient l’érection.
Il existe depuis peu un anneau qui peut fonctionner sans vacuum, grâce à un effet bascule amplificateur d’érection ce qui me semble une très bonne idée. Une société qui s'appelle Irabes le fabrique. Si jamais vous l'essayez, donnez-moi des nouvelles, cela m'intéresse beaucoup ! Je leur conseille de lancer une vraie étude pour démontrer son efficacité.
- L’implant pénien : il nécessite une intervention. Un implant est mis en place par un chirurgien au niveau des corps caverneux. Il en existe plusieurs sortes que le chirurgien urologue choisit en fonction du cas de chacun.





Le Lexomil, aide ou poison pour l’érection ?

le 11/08/2006 à 13:44

En cas de dysfonction érectile, on se pose des tonnes de questions… et on ne trouve pas toujours les bonnes réponses. En voici en tout cas une pratique sur les dysérections et les médicaments anxiolytiques.

Le Lexomil est un anxiolytique à base de benzodiazépine. Il n’a pas spécialement d’action sur l’érection. Et il en est de même pour tous les autres médicaments de la même famille qui sont des somnifères ou des tranquillisants. On a pourtant tenté, chez des hommes stressés par la peur de la panne, d’utiliser ce type de traitement, mais cela ne donne pas de résultat sur la qualité de l’érection.
S’ils ne sont pas utiles pour améliorer l’érection, le Lexomil ou les autres benzodiazépines ne sont pas connus non plus pour donner des pannes en baissant la tension anxieuse.
On peut donc dire qu’il n’a pas d’action particulière sur l’érection, ni en bien, ni en mal.
En revanche, le Lexomil (comme toutes les benzodiazépines) est une vraie drogue, quand on commence à en prendre plus d’une semaine, on a du mal à l’arrêter. Ainsi, quand on souffre de crises de panique, ce n’est pas un bon traitement ! Le meilleur traitement, c’est de consulter un médecin qui pratique les thérapies comportementales et cognitives. Pour trouver un thérapeute, il faut s’adresser à l’AFTCC (association française de thérapies comportementales et cognitives) 100 rue de la santé 75 014 Paris. Tél : 01 45 88 78 60
Cet article a été rédigé pour répondre à Enzo 29 (à propos si 29 signifie Finistère, moi aussi, je suis bretonne, des côtes d’Armor, comme mon nom ne l’indique pas !)
A suivre… car j’ai encore beaucoup de choses à dire sur les questions d’Enzo !




Quand on prend un médicament contre les pannes sexuelles, combien de temps faut-il attendre pour observer son effet ?

Catherine Solano le 07/08/2006 à 19:15
Quand on prend un médicament contre les pannes sexuelles, combien de temps faut-il attendre pour observer son effet ?  pannes sexuelles

Le traitement numéro 1 des dysfonctions érectiles est un médicament de type Viagra, Levitra ou Cialis. Ces médicaments sont efficaces contre les troubles de l’érection, oui, mais en combien de temps ?

Cette question est importante quand on est anxieux à l’idée d’attendre qu’une érection correcte survienne. Certains hommes mettent d’ailleurs le chronomètre de leur montre en route pour voir si les promesses de ces traitements sont tenues !
Il faut compter au minimum 20 minutes, le temps que le comprimé soit avalé, dissous par vos sucs digestifs, qu’il traverse la muqueuse intestinale, qu’il passe dans le sang, et enfin, qu’il parvienne à votre pénis à une concentration suffisante pour agir. Ce délai d’action est à peu près identique pour les trois traitements qu’il s’agisse du Levitra, du Viagra ou du Cialis. (À peu près seulement, j'en reparlerai une autre fois !)

Et 20 minutes pour agir, est-ce long ? Pas du tout ! C’est même la durée idéale, c’est une femme qui vous le dit ! Pourquoi ? Parce que pour les femmes (d’après des enquêtes très sérieuses), la durée minimale syndicale des préliminaires est de 20 minutes. En dessous, il ne s’agit plus de préliminaires, mais de « bâclage » sexuel !

Un homme peut donc prendre un médicament pour l’érection, et commencer immédiatement les câlins. Notez que si les préliminaires durent plus de 20 minutes, c’est encore mieux : pour sa partenaire, car 20 minutes est un minimum décent et non un idéal, qui lui est encore plus. Ainsi, quand un homme est un amant attentif qui fait durer les préliminaires, il est récompensé : sa partenaire est plus satisfaite… et son érection est meilleure. Car si l’effet des médicaments se fait sentir dès les 20 premières minutes, il augmente encore au moins pendant une heure ou deux…





Tous les traitements de la dysfonction érectile, ou toute une panoplie contre la panne sexuelle… (1 à suivre)

Catherine Solano le 00/00/0000 à 00:00
Tous les traitements de la dysfonction érectile, ou toute une panoplie contre la panne sexuelle… (1 à suivre)  pannes sexuelles

Il existe actuellement de nombreuses possibilités de traitement pour un homme qui souffre de troubles de l’érection. Quels sont-ils ?

- Les traitements reconnus comme traitement de première intention sont des médicaments simples et efficaces (de la famille des IPDE5(, Viagra, Levitra ou Cialis). Ils sont efficaces dans plus de 70 % des cas.
- Un autre traitement médicamenteux en comprimés était l’apomorphine (Ixense ou Uprima). Il a été beaucoup moins utilisé, car il était moins efficace. Je regrette beaucoup qu'il ne soit pas apparu quelques années avant les IPDE5. En effet, il était quand même utile (même si moins d'hommes avaient de bons résultats). Son intérêt était d’agir par un processus différent de celui des IPDE5. Il représentait donc une alternative au traitement par Viagra, Levitra ou Cialis. Mais l'Uprima a été supprimé de la vente en 2002 et l'Ixense en 2004.
- La testostérone : elle doit être utilisée uniquement chez les hommes pour qui le dosage de testostérone dans le sang est trop bas. Il s’agit de compenser une carence, non de doper quelqu’un ! Il semblerait que 12 % des hommes souffrant de troubles érectiles ont une baisse de la testostérone (1). Dans ce cas, le traitement par la testostérone seule n’est pas toujours efficace, il faut parfois lui adjoindre au début un autre médicament de type Levitra, Viagra ou Cialis pour retrouver une érection correcte. La testostérone existe sous plusieurs formes : comprimés, injections, patchs.
- La yohimbine : À base de chlorhydrate de yohimbine, c’est un des plus anciens médicaments de l’érection. Il faut en prendre 8 à 10 cp par jour, tous les jours. Son efficacité est modeste, et ses effets indésirables parfois gênants.

(1) : (the evolving role of testosterone in the treatment of erectile dysfunction Shabsigh 2006)



Copyright © 2006 - 2007